DynamE
Université de Strasbourg
CNRS
Misha
Accueil
Vous êtes ici :  Accueil   >   Présentation

Présentation

Historique

L’UMR7367 « Dynamiques Européennes » est née en janvier 2014 d’un rapprochement entre le laboratoire Cultures et Sociétés en Europe et le FARE (Frontières, Acteurs et Représentations de l’Europe). Il s’agit d’une équipe labélisée par le CNRS et l’Université de Strasbourg qui a une dimension interdisciplinaire portée conjointement par des sociologues, des historiens, des ethnologues, des politistes et des géographes.

Son projet scientifique, élaboré en commun, est parti de l’idée que la construction européenne est un phénomène au long cours, ambivalent, conjuguant coopérations et concurrences, confiance et défiance. Cela suppose donc d’analyser autant les consensus que les conflits observables. La construction de l’Europe apparaît alors comme un processus social-historique non linéaire, à envisager aussi bien « par le bas » (acteurs des sociétés civiles) que « par le haut » (gouvernants, institutions, cultures politiques…). L’Europe est aussi envisagée dans ses rapports avec le reste du monde (migrations, relations internationales, transferts culturels, production et circulations des normes…), ainsi que dans sa dimension temporelle, qui remonte bien au-delà de la période postérieure à 1945.
      

Le projet en cours

Durant la période 2018-2022, l’UMR 7367 Dynamiques européennes se propose donc de réfléchir aux dynamiques contradictoires d’un processus d’européanisation qui n’est ni linéaire, ni toujours perceptible et qui de ce fait mérite examen approfondi. Envisagé sur une durée d’un siècle au moins, ledit processus n’est pas toujours perçu ou assumé comme tel, bien qu’il se manifeste de plus en plus dans les modes de vie et de pensée des Européens d’aujourd’hui. S’il doit beaucoup à l’action concertée des élites économiques et des institutions de l’Union Européenne pour construire le plus grand marché unifié du monde, il est loin de s’y réduire pas. Il résulte aussi d’initiatives prises par des groupes d’acteurs n’appartenant pas aux élites ; certains cherchent à développer les formes embryonnaires d’une société européenne qui soit davantage qu’une aire de marché, par des activités “latérales” impliquant la création de réseaux européens ; d’autres au contraire, se sentant menacés par l’ouverture des frontières à la concurrence, soutiennent les partis et mouvements qui s’opposent aux projets d’intégration européenne. Le processus d’européanisation tel que nous l’étudions relève donc d’un jeu complexe de forces sociales. Au demeurant ce processus n’est pas seulement économique et politique ; comme la mondialisation, il gagne peu à peu tous les aspects de la vie quotidienne, à des degrés divers cependant selon les pays, les régions et les périodes.

C’est de cette complexité que Dynamiques européennes veut rendre compte en mêlant le plus étroitement possible les approches de différentes sciences humaines, et en prenant en considération les liens multiples que notre continent a tissés et continue d’entretenir avec le monde extérieur. L’Europe n’est pas confinée à son seul territoire ; elle s’est enrichie d’apports extérieurs et a essaimé vers des « ailleurs » : tout cela contribue à modeler son présent et son avenir. Il faut donc l’étudier aussi dans un cadre intercontinental et mondial.

La structuration en trois thématiques répond à ces préoccupations de recherche. La première d’entre elles, Acteurs européens dans les relations internationales : conflits, coopérations et médiations, situe l’européanisation et ses multiples acteurs dans un cadre temporel large remontant jusqu’à la deuxième moitié du XIXe siècle ; elle adopte de ce fait une perspective à dominante historique dans laquelle l’étude des relations internationales se fait à partir d’échelles variées pour multiplier les angles d’approche. Les crises, les oppositions et les conflits y sont analysés au même titre que les tentatives multiples de rapprochement, de coopération et d’élaboration de réseaux transnationaux, l’idée étant de donner une image moins convenue de la construction européenne et des rapports de l’Europe avec le reste du monde. La deuxième thématique, Circulations, dynamiques des altérités et construction de l’Europe, est centrée sur les flux migratoires internes à l’Europe ou y arrivant depuis d’autres continents, sur les circulations de marchandises, de savoirs et de normes au sein de l’espace européen. Les problématiques y sont plutôt d’ordre sociologique et anthropologique. On y étudie notamment différentes formes d’hybridation, d’inter-normativité, d’interculturalité, de mobilisation ; on y revient, dans une perspective de sociologie économique, sur la structuration des marchés et par les marchés. Enfin, la troisième thématique, Corps et dynamiques conflictuelles en Europe, se donne pour ambition d’étudier comment les tensions et les controverses autour du corps et de la santé donnent à lire des processus de différenciations et de rapprochements entre Européens. La focale est mise sur les seuils que sont l’enfance, le passage à l’adolescence et la vieillesse, ainsi que sur les modes d’alimentation. Comme tous ces sujets suscitent des polémiques et des conflits dans la vie quotidienne et sociale, un grand intérêt est porté à la manière dont on envisage leur résolution.

Bien que l’identité disciplinaire de chacun soit respectée, le projet est défini de manière à construire une véritable collaboration entre chercheurs de différentes provenances. Quel que soit son point de départ, chaque thématique a pour vocation d’attirer à elle des spécialistes apportant d’autres regards.


Maurice Carrez

 




Rechercher dans le site

Actualités

L'appel à communications du réseau thématique "Sociology of Migration" de l'Association Européenne de Sociologie qui organisera sa...

Maurice Carrez, Professeur des Université Finlande, difficile...

Consulter tous les actualités

Parutions

Editors: Glatron, Sandrine, Granchamp, Laurence (Eds.) Provides illustrative examples of the changing shape and uses of urban gardens in...

Coordination :Cécile Canut, Anaik Pian et Véronique Petit Considérant les pratiques langagières comme partie intégrante des pratiques...

Consulter toutes les parutions